Bienvenue sur le site de l'association Hargonis, un espace de partage de connaissances sur la musicothérapie

    


La musique apaise (les esprits), adoucit (les m½urs), étonne, détonne, emporte, transporte (et aujourd'hui rapporte !), dynamise, tranquillise, endort, tonifie, attire, séduit, charme, fascine, envoûte, hypnotise, passionne, impressionne, élève, éblouit, émerveille, captive, subjugue...


Les pouvoirs de la musique attirent beaucoup et depuis longtemps : les musiciens, les poètes, les curieux, les guérisseurs, les guerriers, les liges du pouvoir (pensez... si on pouvait circonvenir une partie des facultés ci-dessus !)

Très vite, il n'est plus question seulement de musique, mais aussi de sa nature et de son organisation. « On » cherche à la comprendre, la rationaliser, pour en faire des usages ciblés. Mais pour l'instant, l'oiseau est loin d'avoir livré tous ses secrets.
 

Nous allons ici chercher, par des témoignages d'expériences vécues, à comprendre comment les sons organisés en musique ont pu être opératifs dans des processus de guérison.

Pourquoi ce Logo ?
La recherche des relations existant entre la musique et la santé a sans doute été explorée depuis « très » longtemps. Il y a 2500 ans Pythagore aurait compris la construction arithmétique des structures musicales en observant un forgeron taper sur des enclumes de tailles différentes. Cette histoire, sans doute légendaire, souligne la compréhension très ancienne des rapports entre les règles suivies par la beauté des ouvrages d'art, l'harmonie musicale et l'équilibre humain dont nous cherchons sans cesse l'homéostasie. On peut supposer que c'est parce que ces structures sont analogues que la musique agit fortement sur nous. Cette conscience et cette recherche s'inscrivent probablement dans une continuité : bien avant ces enclumes, dans l'Egypte ancienne le « juste de voix » était celui dont la parole était entendue et acceptée dans l'autre monde ; et quelques décennies après Pythagore, Platon affirmait qu’en changeant la musique on change à terme la République. L'un des derniers signes révélateurs de cette permanence est la clé de sol qui détermine le mode de lecture des notes de musiques inscrites sur la portée. La forme de cette clé ressemble fortement au caducée d'Hermès, emblème de la médecine, de la guérison et de la prédiction, qui a d'ailleurs été repris et stylisé par plusieurs ordres médicaux. D'où l'idée de notre logo, moyen terme entre la clé de sol et le caducée d'Hermès.


Qui sommes nous ?
L'association Hargonis a été fondée en 2008 à l'initiative de Cyrille Terrier qui souhaitait créer une base de connaissances sur les facultés curatives du son en abordant les effets de la musique et plus particulièrement de la voix. Sa formation d'ethnologue l'a conduit aborder le sujet sous un angle culturel et à proposer à des intervenants de s'exprimer à leur manière et sans jugement de notre part sur leur position socio-professionnelle ou leur légitimité.


Pourquoi cette présentation ?
L'idée de base est de réaliser une base de connaissances, facilement accessible et centralisant des éléments sur les recherches actuelles dans le domaine de la musicothérapie au sens large. L'auteur ethnologue et anthropologue de formation a choisi d'utiliser la façon dont se transmettaient les savoirs à l'ancienne : par l'enseignement autour d'un dialogue entre un spécialiste et un candide. Le but étant de faire le tour d'un sujet en abordant parfois des complexités mais toujours à partir d'un questionnement simple. Ce sont donc des interviews, suffisamment longues pour que chaque spécialiste puisse développer sa pensée, sans réduction ni montage.


Un mot de l'auteur sur l'origine de ce site
Ce site tire son origine d'une histoire personnelle. Il y a quelques années j'animais des ateliers de placement de voix. C'était déjà pour moi dans la perspective avouée d'explorer l'action des sons et notamment des lettres sur notre état d'être. Pour les personnes qui venaient à mes ateliers, c'était un moment ludique et énergisant, vécu surtout comme un échauffement avant le moment important pour eux : chanter. Tout allait bien, je faisais mes observations et eux passaient un bon moment de détente en fin de journée. Un jour, une de mes élèves m'expliqua que la médecine l'avait condamnée à court terme quatre ans plus tôt pour un cancer métastasé, mais qu'elle était encore là, avec parfois des fatigues importantes, cependant toujours autonome et sans souffrir les douleurs qu'on lui avait fait craindre. Certes, elle complétait son traitement par beaucoup d'activités - Qi Gong, acupuncture, phytothérapie… - mais avait bien insisté sur le fait qu'elle avait la sensation très nette que nos séances et surtout le chant avaient été déterminants. Ce témoignage et les réflexions des autres participants m'ont incité à enquêter sur le sujet. Je me suis aperçu qu'il y avait une profusion de chercheurs dans le domaine : universitaires, chercheurs indépendants, médecins, thérapeutes, musiciens, curieux… mais tellement éparpillés que la synthèse de l'existant paraissait impossible. L'idée d'un site centralisant des informations et balisant quelques parcours s'est imposée d'elle-même…


   
     
 

Association Hargonis - mail : contact@hargonis.com